EXIT les gents TOXICs !

Nous ressentons parfois une certaine oppression lorsque l’on est en contact avec eux. Ils nous pompent notre énergie ou nous « pompent l’air » ! Les personnes toxiques sont dangereuses pour nous, alors comment les identifier ? et que faire après ?

Il y a plusieurs types de personnes toxiques, de la simple personne en manque de quelque chose, au véritable pervers narcissique. d’une manière ce sont des personnes qui peuvent vous rendre mal à l’aise de manière insidieuse ou vraiment vous détruire. Voici les comportements qui devraient vous mettre en alerte :

  • Il se peut que la personne toxique ne vous veuille aucun mal, mais que son négativisme maladif détruise en vous toute forme d’optimisme. Ou en utilisant votre optimisme pour se sentir mieux (usant à la longue).
  • Une forte demande : un besoin excessif de vous, il vous demande des comptes, entre dans votre intimité sans crier gare, montre de la jalousie (même en amitié).
  • Indifférent à ce qui vous arrive ou vos attentes : une personne qui démontre de l’indifférence à votre encontre mérite-t-elle toute votre attention ? surtout lorsqu’elle vous demande toute votre attention à son égard ? peut être froid lorsqu’il s’agit des autres.
  • Jamais rien ne va comme il veut.
  • Arrive à vous faire culpabiliser même pour de petite choses, même quand il a tort !
  • Il peut vous rabaisser, vous dénigrer, même sur le ton de l’humour, c’est une atteinte à votre intégrité.
  • Il peut chercher à vous isoler de votre famille, de vos anciens amis, de vos collègues, en utilisant plusieurs stratégie, dénigrement, mensonge, etc…
  • Il ne peut pas se remettre en cause. Ne demande pas pardon (sauf par stratégie pour atteindre son but).
  • Il peut paraître brillant, optimiste, avec le sens de l’humour, charmant au yeux des autres, ce qui rend difficile pour vous de trouver une aide extérieure, puisqu’il paraît parfait pour les autres… Il peut être obsédé par son image dans la société. D’ailleurs il manie les mots avec une déconcertante précision pour toujours retomber sur ses pattes.
  • Il n’est pas ouvert aux autres, il a des idées arrêtées et un jugement incisif, seul lui à LA bonne réponse. c’est pour cela qu’il peut être aussi dans le déni de lui, des autres… type mysmatch (le syndrome du toujours « NON »).
  • Ces comportements peuvent être en dents de scie, un jour avec, un autre sans !
  • Le trouble fête, il n’aime pas voir les autres heureux (sans lui).
  • Il se fait passer pour une victime en société. Et peut se délecter (parfois en secret, parfois aux yeux de tous…) d’avoir détruit une autre personne.
  • La victime peut même perdre totalement ses propres repères, au point qu’elle ne vas plus savoir se qu’elle a dit ou fait ! en créant le paradoxe dans notre esprit, des propos contradictoires, flous ou décousus…
  • Il peut utiliser des propos flou ou non terminé, laissant une boucle ouverte dans le cerveau de la victime pour provoquer le doute et la perte de confiance en soi.
  • Il peut se montrer égocentrique.

Que faire face à ce genre de personne ?

Si c’est un pervers narcissique avéré, alors il faut le « bloquer » immédiatement. Ne pas tolérer le dénigrement, ou le flou dans vos pensées. Il faut s’exprimer clairement et fermement. Ne pas hésiter à utiliser le « TU qui tue ». Voici quelques exemples :

  • « Ce que tu as dis est inacceptable, tu me manques de respect, je ne peux pas tolérer cela une seconde de plus ».
  • « Où veux-tu m’emmener ? quelle est ton but ? Parle moi franc-jeux. »
  • « Que cherches-tu à dissimuler ? Tu as quelque chose à cacher ? »
  • « Tu as peur de quoi ? « .. (lui parler ensuite d’une de ces faiblesses…)
  • « Mes erreurs ne sont que le reflet de ta propre incompétence ». (à réserver pour un patron pervers narcissique, ça le fait bien ça ! ahahah).

D’une manière générale lorsque cela est possible, éviter tout contact avec les personnes toxiques, manipulateurs et les pervers narcissique. Souvenez-vous que nous devenons comme les 5 à 10 personnes que nous côtoyons le plus souvent. Alors c’est tout à fait « écologique » pour soi-même de se rapprocher des personnes positives, dynamiques, enthousiaste, c’est bon pour nous !… alors, EXIT les TOXICs…

 

Maman à tort !

Derrière ce titre se cachent plusieurs concepts. Celui que je vais exposer ici est le fait de construire sa vie autour, pour et grâce aux autres. En effet, autant certaines mères prennent leur rôle parental à cœur et restent elles-mêmes, autant d’autres mères se construisent grâce à leur enfant.

En quoi est-ce un problème ?

Si la relation permet de résoudre un problème, pourquoi pas, bien que cela pose un problème éthique : est-ce à nos enfants à résoudre nos problèmes ? !!! En effet, certaines mères ont tellement besoin de leur enfant, que cette relation fusionnelle les font se perdre elles-mêmes. Ce besoin de l’enfant (cela peut aussi être du compagnon, ou tout autre artefact extérieur) pour s’épanouir, se traduit à terme par une perte d’identité, voire même de repères.

Se dire « Oui à soi-même :

Lorsque nous focalisons notre attentions, utilisons notre temps, nous préoccupons des autres, c’est autant de temps perdu à s’occuper de soi. Les personnes qui sont dans le jugement perdent beaucoup de temps pour se construire elles-mêmes. Or si vous ne vous êtes pas construit correctement, en phase avec vous même, comment voulez-vous pouvoir aider les autres ? Ce que j’explique ici n’est pas le rejet des autres, c’est être capable de dire non aux autres pour pouvoir mieux se dire oui à soi.

Et Paradoxalement…

Lorsque nous avons pu dire non aux autres ou à l’emprise d’une relation, nous sommes plus à même de donner en profondeur aux autres. De se détacher du lien d’attachement ou de dépendance (affective, émotionnelle, circonstancielle, etc…) créé avec les autres, pour vivre une relation sereine, détachée, harmonieuse, neutre, profonde, respectueuse… Libre !

Êtes-vous concerné ? Oui, si…

  • vous êtes dans le jugement,
  • vous êtes dans l’attente vis à vis de certaines personnes,
  • cela vous blesse lorsqu’on ne prête pas attention à vous,
  • vous ressentez des frustrations dans certaines relations,
  • vous attentez d’un retour : vous garder la relation pour de mauvaises raisons,
  • vous ressentez un lien d’attachement quelconque.

Alors que faire ?

La première des choses à faire et de prendre conscience de ces dépendances. Et si vous avez répondu oui à l’une des questions ci-dessus, cela signifie que vous en avez déjà pris conscience. C’est bien.

La seconde chose à faire, c’est évaluer où vous en êtes dans cette relation ? Jusqu’à quel point cette relation vous a-t-elle impactée. De toute façon il faudra certainement faire un travail de détachement vis à vis de cette relation et également un travail de renforcement de votre identité, de votre confiance en soi, pour pouvoir offrir ce que vous avez de meilleur.

 

Bienvenue !

Qu’est-ce que le changement ? Qu’est-ce qui change ? Que procure le changement ? Pourquoi en avoir peur, sachant qu’il est inéluctable ?

Le changement est permanent et dans tous les domaines. En fait tout change, la seule chose qui ne change pas est le changement lui même !

Souvent nous avons toutes les ressources pour gérer au mieux ce changement. Toutefois ces ressources sont rarement utilisés à propos. Je vous propose ici une méthode exclusive pour aborder le changement.

bonne lecture.